Le Salon des Nouvelles Tendance du Bâtiment

Palais des expositions, les Pins Maritimes, Alger - Algérie
Du 21 au 25 Novembre 2013
               
 Sunday, 25 June 2017 Français Anglais
      Newsletter
      Contact
      Profil des exposants
      Nos partenaires
  Tapez votre mot de passe
 
   
  

Art & Déco

Le bombage du verre : 

<<< Retour

Historique :

Au XVIIème siècle, suivant les demandes réunies des créateurs, dessinateurs et architectes au service de la construction du château de Versailles pour le roi soleil Louis XIV, le verre bombé fait son apparition.
En 1972, en Italie, Vittorio Livi, designer pour l’entreprise FIAM, créait d’une seule pièce en verre bombé une table.
La technique du verre bombé est ancienne mais le procédé mis au point par Vittorio Livi rend le maniement plus rapide et plus simple. Cinq fours sont à disposition pour chauffer le verre, l’un d’eux est muni d’un détecteur de tensions moléculaires et débusque les failles provoquées par les traitements successifs de chauffe.

Après refroidissement, la pièce de verre est polie sur une meule jusqu’à ce que les arêtes brillent.
Il existe encore un bombeur au four à bois à Paris. Ce procédé particulier permet de reproduire du verre à l’ancienne. Le four a une température moyenne de 50° et peut monter jusqu’à 800°C. Cet atelier travaille sur les lampes, les vitres pour meubles anciens, les vitrines arrondies de magasins et les rétroviseurs d’angle de rue et pour le métro.

Définition :

Feuille de verre recuit, courbée par un procédé de chauffage. C’est un matériau de construction qui s’obtient en chauffant une feuille de verre plat, jusqu’à son point de ramollissement (500° à 600°), par la force de pesanteur. La feuille de verre est placée horizontalement sur un moule à l’intérieur d’un four de bombage. Le processus de bombage prend fin lorsque le verre est amené à température ambiante selon une courbe de refroidissement bien précise, évitant ainsi l’apparition de tensions dans la structure moléculaire du verre. Tous les vitrages de différentes épaisseurs peuvent être bombés. On obtient du verre bombé feuilleté, multi feuilleté, du verre blindé, des assemblages isolants, du verre bombé trempé. Seuls les vitrages réfléchissants à couches non pyrolitiques ne peuvent pas être bombés.

La sérigraphie, le perçage, l’argenture et plusieurs types de façonnage sont possibles sur verre bombé.

 

Outillage :

Les moules sont soit concaves soit convexes. Pour fabriquer un moule simple, il faut connaître les dimensions du rayon, de la flèche et de la corde.
Les dimensions qui seront prises en compte sont :

  • son profil de courbure
  • son développement
  • sa longueur
  • la rectitude des bords

On créait un gabarit rigide d’après lequel on fabrique le moule. Celui-ci peut être :

  • en tôle
  • en terre réfractaire
  • en bombage au sable : en chamotte (argile cuite et cure, tassée à la forme voulue)
  • en bombage en squelette : châssis métallique
  • en fibres céramiques
  • en nappe humide
La feuille de verre est posée sur le moule séparée de celui-ci par du talc, du plâtre, du kaolin ou des fibres céramiques.
Le transport des feuilles de verre bombé se fait dans des caisses rigides où elles reposent sur une forme en bois épousant exactement leur courbure. Les feuilles de verre sont isolées des parois à l’aide de paille ou de fibres. Les caisses voyagent horizontalement.

 

Applications:

Le procédé du verre bombé s’utilise pour la fabrication de :

  • Pare-brise
  • Lunette arrière des véhicules
  • Rétroviseur d’angle
  • Vitres d’ascenseur panoramique
  • Comptoir de vente
  • Cabine de douche
  • Cabine téléphonique
  • Mur rideau
Dans l’architecture moderne, les façades arrondies imposent l’utilisation de glaces bombées. Les feuilles peuvent atteindre six mètres de long et un mètre de flèche.

 

 

http://www.infovitrail.com

  


 

<<< Retour

 

 

 
     
 
 

   

 
SIVA 2010 Tous droits réservés